ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Octobre 2018

TECHNOLOGIES - Publié le 16/06/2016 à 16:01


Le bioverre, un crumble pour régénérer les os



La patiente est au bloc depuis plus de trois heures. Après avoir posé vis et tiges en titane pour réparer sa colonne vertébrale usée, les chirurgiens mettent la touche finale: un bioverre spécial, pour stimuler la reconstruction naturelle des os.

"L'intérêt du bioverre c'est qu'il va stimuler les cellules responsables de la repousse osseuse", les ostéoblastes, "et qu'il se résorbe totalement" dans l'organisme au bout de 3 à 6 mois, explique le professeur Cédric Barrey, chirurgien du rachis à l'hôpital Pierre Wertheimer de Bron, dans la banlieue lyonnaise, qui l'utilise depuis 18 mois.

Avant de refermer la zone incisée, le chirurgien la tapisse d'une trentaine de milligrammes de ce biomatériau ressemblant à du gros sel, humidifié pour former une masse compacte et cohésive, puis mélangé à des bouts d'os de la patiente prélevés lors de l'intervention.

"C'est une sorte de pâte de crumble" sourit Céline Saint Olive Baque, directrice générale de la société Noraker, l'un des rares fabricants au monde du "45S5", le plus vertueux des verres bioactifs, composé à 45% de silicium, 24,5% de calcium, 24,5% de sodium et 6% de phosphore.

- Un usage longtemps confidentiel -

Le bioverre a été inventé aux Etats-Unis en 1969, alors que l'armée américaine, embourbée au Vietnam, cherchait des solutions pour limiter le nombre d'amputations parmi ses blessés. Mais il est resté longtemps confiné dans les milieux de la recherche.

A ce jour, environ un million de patients dans le monde ont déjà été traités avec du bioverre. Soit une part très limitée du marché global des greffes et substituts osseux, qui s'élève à quelque 2,3 milliards de dollars, dont 800 millions environ pour les substituts synthétiques, selon des chiffres du cabinet GlobalData.

"C'est un produit qui coûte cher, car le silicium provient du quartz", justifie Mme Saint Olive Baque. En France, où il est remboursé par l'assurance-maladie, une boîte de 16 mg coûte 230 euros.

Par ailleurs "les chirurgiens ont besoin de temps pour être convaincus" de changer de méthode, et la fabrication du bioverre est "difficile à maîtriser", estime la directrice générale.

Dans son laboratoire de Villeurbanne, autre proche banlieue de Lyon, Noraker produit un kilo de bioverre par jour, par blocs de 500 grammes extraits de deux gros fours industriels après une cuisson à 1.400 degrés, 14 heures durant.

Au contact de l'eau froide dans laquelle il plongé dès sa sortie du four, le bioverre passe instantanément d'un état de lave en fusion à celui de granules translucides, qui sont ensuite séchés, puis conditionnés.

- D'autres applications en projet -

Né en 2005 des travaux d'un chercheur de l'Institut national des sciences appliquées (Insa) de Lyon, Noraker a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires d'à peine 500.000 euros, pour moitié dans la chirurgie du rachis et l'autre dans le dentaire.

Mais Mme Saint Olive Baque est confiante pour l'avenir, tablant sur un doublement des ventes cette année, comme en 2015.

Les substituts osseux synthétiques affichent les plus fort taux de croissance du marché orthopédique, et certains pays, notamment dans le monde musulman, "rejettent complètement" les substituts osseux d'origine humaine et animale, pour des raisons culturelles, souligne-t-elle.

La Turquie est ainsi le premier marché de Noraker, qui exporte 70% de sa production. La société vend aussi en Egypte et en Iran, en Europe et en Amérique latine, et a enregistré en mai sa première commande en Asie, à Taïwan.

Quant aux Etats-Unis, marché clé de l'orthopédie, Noraker espère décrocher une autorisation de la FDA d'ici fin 2017.

La société vise aussi d'autres applications: depuis l'an dernier elle commercialise une vis en bioverre associé à un polymère, un composé unique au monde destiné à favoriser la réparation des fractures des ligaments croisés du genou.

Une autre piste explorée est l'ajout direct de bioverre sur la surface de prothèses orthopédiques, pour qu'elles s'intègrent mieux aux os.

En partenariat avec l'Imperial College de Londres, Noraker travaille aussi sur un projet de cartilage artificiel à base de bioverre modifié, ce qui pourrait déboucher "d'ici 6-8 ans" sur des solutions concrètes contre l'arthrose, pronostique Mme Saint Olive Baque.

Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Un robot invité à parler d'intelligence artificielle devant des députés britanniques
Japon: sentir l'humain, assis, couché, dans son bain, au travail...
Réalité mixte: révolution dans le monde du sport
A Amiens, un robot intelligent promet d'améliorer le tri des déchets
Automobile: l'électrique moins cher que l'essence selon une étude
Géothermie: les Philippines veulent rattraper le temps perdu
Télécoms: nouveau dispositif pour les appels des sourds et malentendants
Des robots qui nous ressemblent de plus en plus
Trottinettes et monoroues électriques se répandent dans les villes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La mission européenne BepiColombo en route vers la planète Mercure
Dès trois ans, des enfants apprennent les gestes pour sauver des vies
Iter: des dizaines d'années et des milliards d'euros pour un chantier titanesque
Dans les mers australes, des albatros espions sur la trace de pêches illégales
Une solution pour exploiter les données génétiques sans violer la vie privée
 LES PLUS LUS 
Kenya: huit rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
La mortalité par AVC évolue inégalement en Europe
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.