ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

SANTE - Publié le 14/05/2016 à 15:35


Le fructose des fruits meilleurs que celui de l'industrie ?




Si la molécule reste la même quand le fructose est obtenu par des procédés industriels, on risque néanmoins d'en manger plus, d'où des risques pour notre santé.

D'où qu'il vienne, le fructose est toujours du fructose: sa molécule ne change pas. Mais les doses ingérées varient suivant son origine et notre façon de nous alimenter. Elles peuvent ne pas être les mêmes si notre ration de sucres provient exclusivement de fructose naturel, issu de fruits, légumes, miel ou sirop d'agave, ou si elle inclut des produits transformés, avec du fructose tiré de l'amidon de maïs. C'est l'unique raison qui rend le premier préférable au second.

Similaire au glucose par sa formule chimique, le fructose a en revanche un plus fort pouvoir sucrant. Par ailleurs, son index glycémique est très faible (10, contre 100 pour le glucose). Consommé de façon modérée, il ne provoque ainsi qu'une hausse très limitée du taux d'insuline. Voilà pourquoi il fut longtemps recommandé aux diabétiques en remplacement du sucre de table ou saccharose (un glucide qui associe une molécule de glucose à une autre de fructose).

Mais il y a un problème. Dans la vie quotidienne, bien des gens en avalent des quantités astronomiques, souvent sans s'en rendre compte. Comme le souligne le Pr Patrick Tounian, de l'hôpital Armand-Trousseau (Paris), on en retrouve en effet dans des produits sucrés comme les sodas, glaces, produits laitiers, confiseries, céréales du petit déjeuner, mais aussi dans les jus de fruits sans sucres ajoutés! Or en excès, le fructose n'est pas sans risque. Pour quelles raisons?

Comparé à d'autres sucres, le fructose induit certes une faible sécrétion d'insuline, mais il est dégradé différemment par l'organisme et favorise le stockage de calories dans les graisses lorsqu'il est associé à l'ingestion simultanée de lipides. À l'origine, ce métabolisme si particulier avait peu de conséquences car si nos ancêtres tiraient tous leurs sucres des fruits et légumes, ils mangeaient trop peu de graisses pour en stocker. Mais aujourd'hui, les doses de fructose et de graisses quotidiennement ingérées par une bonne partie de la population sont plus importantes, et ce processus peut conduire au fameux syndrome métabolique, avec tous les problèmes qui lui sont associés: diabète de type 2, troubles cardio-vasculaires… Ces effets sont pointés du doigt par certains scientifiques depuis une dizaine d'années. Et trois chercheurs américains viennent d'enfoncer le clou cette année, en publiant une analyse détaillée des études menées sur le sujet.

À l'origine, avec le sucre, d'une épidémie de diabète de type 2

«Aux niveaux actuels, la consommation de sucre et celle de fructose en particulier -à des concentrations et dans des contextes que l'on ne rencontre pas avec les aliments entiers naturels - alimentent une épidémie de plus en plus grave de diabète de type 2», s'inquiètent James DiNicolantonio et ses collaborateurs. Ces scientifiques constatent qu'aux États- Unis les trois quarts des aliments transformés intègrent des sucres ajoutés , et qu'un dixième de la population consomme 25 % de ses calories sous cette forme. Résultat, l'Américain moyen ingurgite plus de 80 g de fructose par jour, alors qu'à partir de 70g quotidiens, le risque d'effets délétères est réel. Il semble que la santé des Français soit moins en danger: notre consommation moyenne de fructose est estimée à 42 g par jour. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas y prêter attention. En ne mangeant que du fructose issu de fruits et légumes, on en avale au maximum 25 g par jour. Or c'est grosso modo l'équivalent de deux grands verres de soda…

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.