ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 11 Décembre 2018

SANTE - Publié le 29/03/2016 à 16:03


Les commotions cérébrales, terra incognita en voie de défrichement



"Epidémie cachée" au sein des sports de contact, rugby en tête, les commotions cérébrales font désormais l'objet d'un traitement tout particulier, même si les études scientifiques sur leurs effets à long terme manquent encore de recul.

Il y a un peu plus d'une semaine, dans un déluge de flashes et un fracas assourdissant au Stade de France, le capitaine du XV d'Angleterre Dylan Hartley soulevait le trophée récompensant le vainqueur du Tournoi des six nations. Le problème ? Il n'en a aucun souvenir.

"C'est presque comme si j'avais été saoul toute la nuit", a-t-il expliqué. Ce soir-là, à quelques minutes de la fin du match face au XV de France, le talonneur s'était en effet assommé sur le genou du pilier des Bleus Uini Atonio et avait dû quitter le terrain sur une civière.

Une scène devenue banale au rugby, mais pas anodine. Depuis quelques années et dans le sillage du football américain, les travaux autour des commotions se multiplient car l'on soupçonne qu'elles soient la cause, entre autres, de maladies neurodégénératives précoces.

Peu à peu, on précise donc les contours du "phénomène commotionnel". Trois études, menées par des Français, sont parues ces dernières semaines.

- Femmes et jeunes plus touchés -

L'une, dirigée par Jean-François Chermann et parue dans le Journal de traumatologie du sport, porte sur 211 sportifs de haut niveau venus consulter entre 2009 et 2014 pour une commotion cérébrale, dont 166 joueurs et joueuses de rugby. Parmi ces derniers, 70 étaient "de niveau international".

"On s'est rendu compte que le syndrome post-commotionnel durait plus longtemps en moyenne chez les femmes et les jeunes", explique à l'AFP le Professeur Chermann. Ce syndrome se manifeste principalement par des maux de tête (80,6% des cas) mais peut aussi prendre la forme de troubles cognitifs (54%), troubles de l'équilibre (27,5%) ou encore d'irritabilité (24,2%).

Les femmes ont pu reprendre leur activité sportive après 32,8 jours en moyenne, contre 22,6 chez les hommes. Et les moins de 21 ans ont dû attendre 29,9 jours en moyenne, contre 20,9 pour leurs aînés.

"Y a-t-il des facteurs hormonaux ? Est-ce une question de maturité du cerveau ? Personne n'est pour l'instant capable de répondre de manière certaine", renchérit Jean-François Chermann, qui préconise de consulter très rapidement pour toute suspicion de traumatisme crânien.

Le Professeur Chermann s'est aussi intéressé au judo dans une étude portant à la fois sur les commotions et sur l'étranglement.

Si les conséquences de cette technique de combat sont apparues assez bénignes, y compris lorsqu'il y a perte de connaissance, l'importance du phénomène des commotions dans ce sport a surpris: 27% des 75 judokas de haut niveau étudiés ont déclaré en avoir déjà subi une. Du coup, un suivi a été mis en place au niveau des équipes de France, comparable à celui du rugby, notamment avec des tests neurologiques de pré-saison.

- Les retraités aussi scrutés -

Fin décembre dernier, la Fédération française de rugby et la Ligue nationale de rugby (LNR) ont également publié une étude sur une population âgée de 45 à 65 ans de 239 rugbymen retraités, comparée à 138 autres sportifs de haut niveau retraités.

"Ca a été un travail fastidieux, il a fallu se plonger dans des archives pendant près de trois ans, retrouver des anciens joueurs", détaille Bernard Dusfour, le président de la Commission médicale de la LNR. "Notre critère était d'avoir disputé au moins un 8e de finale de Championnat de France", entre 1985 et 1990, précise-t-il.

Les travaux ont décelé un plus grand taux de troubles dépressifs majeurs chez les rugbymen, corrélé à un nombre plus important de commotions. Les rugbymen qui ont raccroché les crampons présentent aussi un taux plus important de troubles cognitifs.

"Cela nous donne une bonne base de travail", assure le Dr Dusfour, tout en concédant quelques limites à l'étude, liées notamment à l'évolution du rugby, devenu professionnel depuis 1995.

"Il est difficile d'affirmer scientifiquement, même si on le pressent, que le rugby tel qu'il est pratiqué aujourd'hui provoque des séquelles sur le long terme", admet-il, ajoutant réfléchir au lancement prochain d'une étude sur les jeunes retraités.

"Mais comme on recherche des pathologies longues, chroniques, cela va mettre du temps avant d'obtenir des conclusions", nuance-t-il.

Homéopathie: l'avis de la Haute autorité de santé repoussé au printemps
Les personnes qui roulent leurs propres cigarettes sont moins susceptibles d'arrêter de fumer
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
Et si médecins et enseignants confondaient immaturité et trouble de l'attention?
Aucune raison de s'opposer au cannabis thérapeutique, pourl le Comité éthique et cancer
L'ONU réclame un accès universel au dépistage du sida
Infectée par une bactérie, la salade romaine bannie des assiettes américaines
Vincent Lambert: les experts confirment son état végétatif chronique irréversible
Entre plantes et scorpions, les Chinois attachés à leur médecine traditionnelle
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
A Maurice, tout est bon dans la canne à sucre, même l'électricité
Grande Barrière: les coraux ayant survécu au blanchissement sont plus résistants
Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
La glace, bouée de survie pour les Iakoutes dans la plus froide région sur Terre
 LES PLUS LUS 
Puces Intel: des chercheurs découvrent une faille de sécurité
Comment limiter le temps d'exposition aux écrans des enfants ?
Le binge drinking peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires
Des tombes de l'époque romaine découvertes dans un village palestinien
Au coeur de l'Amazonie, vivre dans la plus grande jungle du monde
Le plus vieux fromage jamais trouvé aurait été déterré en Égypte
En Bosnie, des cheveux sur mesure et gratuits pour les enfants cancéreux
Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
À l'Aquarium de Paris, un refuge pour poissons rouges abandonnés
Une marée rouge décime la population aquatique de la côte ouest de la Floride
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.076 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.