ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 18 Août 2019

SANTE - Publié le 09/10/2015 à 13:21


L'aromathérapie est dans le pré, pour le bien-être des bêtes et des éleveurs



Dans leurs fermes du Livradois-Forez, des éleveurs affichent une sérénité qui dénote en ces temps de maladie et de crise. Une des vertus, peut-être, de l'aromathérapie qu'ils pratiquent pour soigner leurs vaches laitières, une méthode de plus en plus prisée.

Lavande, eucalyptus, raisin d'Amérique: dans l'armoire à pharmacie de René Morane, installé à Chaméane (Puy-de-Dôme), les flacons d'huiles essentielles et les tubes de granules homéopathiques ont en partie remplacé les médicaments à base de molécules de synthèse.

Chacune de ses 50 Prim'holsteins et autres croisées normandes et monbéliardes a droit à un traitement personnalisé. Une douleur à l'arrière-train ? L'éleveur administre sur l'épi dorsal de l'animal cinquante gouttes de ravensare, une plante de Madagascar reconnue pour ses bienfaits toniques et musculaires. Une infection mesurée lors d'un contrôle laitier ? Ce sera une cure de 150 ml d'huile de foie de poissons et d'oligo-éléments pendant cinq jours, à titre préventif.

Sans compter la protection des pis "contre les bactéries", en les trempant quotidiennement après la traite mécanique dans une texture aux fortes effluves de romarin cinéole notamment.

Objectif: stimuler le système immunitaire du cheptel. "Il faut que nos bêtes soient en forme pour pouvoir répondre naturellement aux différentes agressions qu'elles peuvent subir", explique l'éleveur auvergnat, converti au bio à la fin des années 1990.

"Le but n'est pas de les mettre dans un cocon pour qu'elles n'aient aucune maladie. Contrairement à l'élevage conventionnel, on ne traite pas parasite par parasite. Nos vaches, elles vivent avec et s'immunisent petit à petit", poursuit son associé, Anthony Paulet.

Loin d'être un "remède miracle", les huiles essentielles apportent selon eux des résultats suffisamment "probants" pour diminuer le recours à l'allopathie et au vétérinaire.

"Pas des apprentis sorciers"

Dans ce contexte, l'épizootie de fièvre catarrhale ovine (FCO), dite maladie de la langue bleue, qui sévit actuellement dans le Massif central, en plus des difficultés financières de la filière, ne semble guère les inquiéter. Tout comme Dominique Viallard, avec qui René Morane a fondé une laiterie artisanale à Saint-Gènes-la-Tourette, près de leurs exploitations.

"La fièvre est déjà passée dans mon troupeau il y a quelques années: mes vaches avaient des croûtes sur les mamelles, ont eu quelques jours de fièvre mais elles s'en sont sorties, grâce peut-être à l'immunité qu'on leur confère en ne les traitant pas systématiquement", raconte cet ancien vendeur d'engrais chimiques, aujourd'hui adepte des médecines douces.

Mais pour en arriver là, le trio a dû "révolutionner" ses exploitations."On n'est pas des apprentis sorciers. Pour se lancer, il faut être accompagné et suivre des protocoles bien précis", assure l'éleveur. "Au début, on se grattait un peu la tête. On se demandait comment faire pour se passer des antibiotiques car c'est parfois la facilité", témoigne René.

Tous disent appréhender leur métier de manière plus paisible. "Moi, si je suis bien, les animaux sont bien avec moi", confie René. "Quand tu arrives le matin et que tu sais que tu ne vas pas avoir de soucis, cela te permet de travailler sereinement. Si tu sais par contre qu'une vache est couchée et que tu dois la traiter, tu ne peux pas bien le vivre."

Pionniers dans l'utilisation de cette méthode alternative, les éleveurs bio sont aujourd'hui rejoints par bon nombre d'agriculteurs dits "conventionnels", soucieux de diminuer leur recours aux médicaments classiques.

"Lorsque j'ai commencé mes formations il y a 15 ans, 85% de ceux qui les suivaient étaient dans le bio. Aujourd'hui ils sont à peine 2%", relève le vétérinaire Gilles Grosmond, qui a formé à ce jour quelque 15.000 personnes à l'aromadiététique. "Un vrai mouvement de fond sociétal" selon lui, les éleveurs ne voulant plus passer pour des "empoisonneurs".

Mais si la demande explose, le nombre de formations existantes reste marginal.

"Les pouvoirs publics prônent la lutte contre l'antibio-résistance. Pourtant si l'on veut changer quelque chose, il faut qu'il y ait des vétérinaires, des conseillers en élevage, des professeurs dans les écoles d'agriculture, formés à ces méthodes", prône M. Grosmond, sans cesse sollicité pour accompagner de nouveaux candidats.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une étude relie un excès de temps passé devant l'écran à un risque de surpoids chez les enfants
L'âge de la puberté, un indicateur de la future densité osseuse ?
Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété
Mort subite du nourrisson: des médecins strasbourgeois travaillent à un dépistage de bébés à risque
Respirer un air pollué serait aussi nocif pour les poumons que fumer un paquet de cigarettes par jour
Trop de café pourrait favoriser l'apparition des migraines
Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques de démence
Un traitement antibactérien déjà disponible sur le marché pourrait aider à lutter contre le virus Ebola
Ils réussissent à imprimer des parties fonctionnelles du coeur
La micro-sieste : où la pratiquer, comment et quels bienfaits ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.079 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.