ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 20 Novembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 29/09/2015 à 12:29


Tchouri doit sa forme de canard de bain à une fusion entre deux corps



Une tête, un corps et un cou affiné, la drôle de forme en canard de bain de la désormais célèbre comète Tchouri serait le résultat de la fusion de deux corps distincts il y a des milliards années selon les dernières données de la mission "Rosetta".

Après dix ans, cinq mois et quatre jours de voyage, le 6 août 2014, la sonde européenne Rosetta se mettait en orbite autour de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko et envoyait, trois heures plus tard, de nouvelles images étonnantes.

Relief lisse ou escarpé, rochers à la surface, "cou" reliant deux lobes du noyau, un grand et un petit: on découvrait des détails inédits de la comète, baptisée "Tchouri".

Sa forme si particulière fait alors naître une question: quelle est l'origine de ces deux lobes et de ce cou ? Est-ce le résultat de la fusion de deux blocs ou celui d'une forte érosion ou de dégazages, localisés dans la région centrale de la comète ?

En utilisant les images à haute résolution réalisées par la caméra OSIRIS embarquée sur Rosetta, Matteo Massironi, du département de géosciences de l'université de Padoue en Italie, et ses collègues ont pu établir que les deux lobes, les deux parties de la comète sont constitués de couches stratifiées un peu comme un oignon.

Et que le corps et la tête du canard "sont deux objets distincts avec leur propre structure en oignons", explique à l'AFP Matteo Massironi, coauteur de l'étude publiée lundi dans la revue britannique Nature.

"Collisions douces"

En utilisant les données récoltées par les instruments de Rosetta, les chercheurs ont pu établir que la partie la plus large de la comète est constituée de strates allant jusqu'à 650 mètres de profondeur et que ces couches sont différentes de celles de la "tête" de Tchouri.

La forme de Tchouri est donc le résultat d'un impact à faible vitesse de deux comètes stratifiées avant leur fusion qui a dû avoir lieu à l'époque des premiers stades de la formation du système solaire, il y a quelque 4,6 milliards d'années.

"Pour la première fois, cette étude donne des explications sur la façon dont les corps originaux se sont formées au début du système solaire", précise à l'AFP Matteo Massironi.

Autre élément: la similitude des structures et de la composition des deux lobes indique que les deux morceaux ont été formés par des processus similaires d'accrétion, de capture de matière par un astre sous l'effet de la gravitation.

"Notre étude prouve pour la première fois que des collisions douces et des fusions se sont produites, conduisant à la formation de ces corps à deux lobes", précise le chercheur.

"La collision et la fusion des deux corps ont dû être très lents, sinon nous n'aurions pas cette structure ordonnée, en oignons", ajoute-t-il.

Il y a plusieurs autres comètes comme Borrelly, Hartley 2 et peut-être Halley qui montrent une forme à deux lobes mais les images disponibles ne permettent pas de définir leur structure interne.

"Nous ne pouvons donc pas encore en conclure qu'elles ont toutes été formées à partir de deux éléments", tempère le chercheur.

L'objectif de la mission Rosetta, lancée il y a plus de 20 ans, est de mieux comprendre l'évolution du système solaire depuis sa naissance, les comètes étant considérées comme des vestiges de la matière primitive.

Et les aventures de la sonde vont se poursuivre. L'Europe a prolongé la mission jusqu'en septembre 2016.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
Jour J pour la mission lunaire indienne Chandrayaan-2
Une collision de satellites évitée par l'Agence spatiale européenne
Mission lunaire indienne: l'orbiteur et l'atterrisseur se séparent
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le recours au cannabis serait peu efficace pour réduire la consommation d'opioïdes chez les patients dépendants
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
 LES PLUS LUS 
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
Découverte d'une marche funèbre vieille de 550 millions d'années
Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.049 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.