ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 27 Mai 2018

SANTE - Publié le 03/09/2015 à 20:30


Pourquoi dormir permet-il d'oublier ?



        

Une hypothèse ancienne s'impose aujourd'hui : le sommeil permet de se débarrasser des informations inutiles pour mieux mémoriser celles qui comptent.

Même si ses mécanismes restent mal connus, l'impact du sommeil sur la consolidation des souvenirs fait aujourd'hui consensus dans la communauté des chercheurs en neurosciences. Au cours des cinq dernières années, une autre hypothèse, complémentaire, s'est vue confortée: le sommeil facilite aussi l'oubli des informations inutiles accumulées dans la journée. Cet oubli est notamment indispensable au bon fonctionnement de la mémoire à court terme, dite «mémoire de travail». Elle nous permet de manipuler des informations sur une courte durée: mémoriser une place de parking pendant quelques heures, retenir un numéro de téléphone quelques secondes pour pouvoir le noter sur un bout de papier... C'est aussi celle qui s'entraîne le plus facilement à l'aide de jeux et de petits exercices destinés à la «muscler». En revanche, elle est très sensible à la contamination par des souvenirs similaires - la place de parking de la veille, un autre numéro de téléphone - devenus inutiles. Pour être efficace, cette mémoire de travail doit donc être «nettoyée» régulièrement.

Eliminer les informations périmées

En 1983, Francis Crick, Prix Nobel de médecine et codécouvreur de l'ADN, et son collègue Graeme Mitchison, de l'université de Cambridge au Royaume-Uni, ont supposé que les informations périmées pouvaient être éliminées pendant le sommeil. En 2011, les travaux menés par Géraldine Rauchs, du groupement d'intérêt public Cyceron à Caen, en collaboration avec l'équipe de Pierre Maquet du Cyclotron de Liège en Belgique, sont venus conforter cette hypothèse. Des volontaires se voyaient présenter des listes de mots, dont certains devaient être retenus et d'autres oubliés. La nuit suivante, la moitié des sujets avait le droit de dormir, tandis que l'autre moitié était privée de sommeil. Trois jours plus tard, lors du test de mémoire, les sujets privés de sommeil se souvenaient bien mieux des mots qu'on leur avait demandé d'oublier. La privation de sommeil avait altéré chez eux la faculté d'effacer les informations inutiles.

Étiquetage des informations

Reste une énigme. Comment le cerveau fait-il le tri entre les informations à oublier et celles qu'il faut consolider? L'expérience dirigée par Géraldine Rauchs et Pierre Maquet lève le voile. En examinant à l'IRM fonctionnelle le cerveau des volontaires pendant l'apprentissage, ils ont constaté que l'activité de l'hippocampe, la zone où se situe la mémoire, était plus forte lorsque l'on essayait de retenir un mot que lorsque l'on essayait de l'oublier. L'hippocampe procéderait, lors de l'apprentissage, à une sorte d'étiquetage des groupes de neurones associés aux informations que l'on veut retenir. Les groupes ainsi marqués seraient réactivés au cours du sommeil pour consolider leur mémorisation. Ils échapperaient alors au processus de nettoyage synaptique des informations inutiles. Des études importantes au quotidien car elles suggèrent qu'en nous concentrant sur des informations avec la volonté de les retenir, nous les marquons et nous les faisons échapper ainsi aux processus d'oubli prévus par Morphée.

Alzheimer: vers un possible déremboursement des médicaments
Les courges amères peuvent vous faire perdre vos cheveux
En Colombie, des malades chez le juge avant le médecin
New York: dans la ville qui ne dort jamais, la sieste gagne du terrain
Près d'un quart de la population mondiale pourrait être obèse en 2045
L'Estonie crée une base de données ADN pour 10 pour cent de sa population
Un médicament contre l'eczéma pourrait aussi marcher contre l'asthme
Votre smartphone nuit à votre apprentissage
Une étude révèle que le cyberloafing peut aider les employés à faire face à l'ennui au travail
Santé cardiaque : les bienfaits du poisson à nouveau soulignés
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Climat: moins de neige et la belette blanche devient une cible
Un château en Corrèze pour un peu plus de 11 euros et la bonne cause
Alzheimer: vers un possible déremboursement des médicaments
En Afrique du Sud, mariage astronomique inédit pour mieux scruter l'univers
Dans le sud du Maroc, les météorites suscitent les convoitises
 LES PLUS LUS 
VIDEO: Des images rares du requin du Groenland dans les eaux de l’Arctique
Les scientifiques américains transfèrent la mémoire d'un escargot à l'autre en transplantant de l'ARN
VIDEO: Une famille pourchassée par des guépards dans un parc animalier
SpaceX lance avec succès sa plus puissante fusée Falcon 9
Bonheur : votre humeur dépend de ce que vous mangez
Luxembourg: derrière la prospérité, la salle de shoot
Le régime alimentaire à base de produits d'origine animal émet 197,65 kg de CO2 par an et par habitant en France
L'Australie promet des millions d'euros pour aider ses koalas
Lire à haute voix est la meilleure méthode pour améliorer sa mémoire à long terme
Près d’un tiers des hommes auraient préféré ne pas être présents lors de la naissance de leur bébé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2018 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.029 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.