ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 15 Juin 2019

PLANETE - Publié le 01/07/2015 à 13:11


Déchets radioactifs: 1,5 million de m3 en France, le triple vers 2080



La France compte actuellement 1,5 million de m3 de déchets radioactifs et ce chiffre devrait tripler à l'horizon 2080 lorsque toutes les installations actuelles auront terminé leur vie, selon l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Aux alentours de cette date, la France devrait compter 4,3 millions de m3 de déchets nucléaires. Ces prévisions à l'échéance de la fin de vie du parc nucléaire actuel, incluent l'EPR, le réacteur de troisième génération en construction à Flamanville dans la Manche.

"Sur ce total, 4,1 millions seront des déchets de +très faible activité+ (TFA) et de +faible et moyenne activité à vie courte+ (FMA-VC) dont la majorité viendront du démantèlement des installations nucléaires", précise à l'AFP Michèle Tallec, de l'Andra.

Dans son inventaire triennal rendu public mercredi, cet établissement public a répertorié précisément 1,46 million de mètres cube de stocks de déchets radioactifs en tous genres sur le territoire français, au 31 décembre 2013, contre 1,32 million à fin décembre 2010.

Entre ces deux dates, 140.000 m3 de déchets radioactifs ont été produits. "Cette augmentation de volume est conforme aux prévisions et est due à la production courante des différents secteurs qui utilisent la radioactivité", indique Mme Tallec, responsable du service de l'inventaire.

Soixante pour cent de ces déchets proviennent du secteur électronucléaire, 27% de la recherche, 9% de la défense, 3% de l'industrie non nucléaire et 1% du secteur médical.

En France, la production de déchets radioactifs représente l'équivalent de 2 kg par an et par habitant, rappelle Mme Tallec.

L'inventaire est un outil de gestion et un moyen d'anticiper les besoins de stockage pour l'avenir mais aussi une source d'informations pour le public, souligne l'Andra.

Le rapport sera disponible sur un nouveau site dédié (inventaire.andra.fr) à compter du 8 juillet, "dans un souci de transparence", précise Mme Tallec.

Les déchets radioactifs sont de nature très diverse et ne présentent pas tous les mêmes risques.

Les plus dangereux, les déchets de haute activité (HA), représentent 0,2% du volume (3.200 m3 fin 2013) mais près de 98% de la radioactivité. Ils sont issus pour l'essentiel du traitement des combustibles usés dans les réacteurs nucléaires français.

Les déchets radioactifs de moyenne activité à vie longue (MA-VL) représentent 3% des volumes (44.000 m3) et 2% de la radioactivité. Ils sont notamment issus des gaines entourant les combustibles nucléaires.

Les déchets HA et MA-VL ont vocation à être enfouis à grande profondeur à Bure (Meuse) dans le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) actuellement étudié par l'Andra. La demande d'autorisation pour ce projet controversé sera soumise en 2017 à l'Agence de Sûreté nucléaire (ASN).

En attendant, ils sont entreposés sur les sites où les colis de déchets sont produits, à La Hague (Manche) et Marcoule (Gard).

A l'horizon 2080, les déchets HA et MA-VL représenteront environ 80.000 m3 "dont quasiment un tiers sont déjà produits", souligne l'organisme.

L'inventaire confirme également l'important volume de déchets qui proviendra du démantèlement des installations nucléaires après 2020. Ces déchets sont, pour la très grande majorité d’entre eux, de très faible activité et de faible et moyenne activité à vie courte.

"Il faut optimiser la gestion de ces déchets", souligne Mme Tallec car les centres de stockage de l'Andra dans l'Aube risquent d'être saturés. "Toute la chaîne doit se mobiliser". En gros il faudra notamment faire du "tri sélectif" pour limiter les volumes de déchets radioactifs.

L'Andra a également étudié deux scénarios pour les déchets selon ce que sera la politique énergétique française dans quelques décennies.

Le premier, qui se base sur la poursuite de la production thermonucléaire et le traitement des combustibles usés, "sous-entend le déploiement d'un nouveau parc de réacteurs" car il faudra utiliser les matières issues du retraitement, considère l'agence.

Le second, qui étudie les conséquences de l'arrêt du nucléaire, impliquerait notamment que les combustibles usés soient alors stockés en profondeur dans le centre Cigéo.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L'Inde suffoque sous la chaleur, jusqu'à 50°C
Europol: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Les chimpanzés ne survivent plus que dans des ghettos forestiers
Encore loin du zéro déchet, les Sénégalais mènent la lutte contre les ordures
Océans: en vue du G20, Tokyo affiche des mesures contre la pollution plastique
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La conquête de l'espace en dix grandes dates
Il y a bientôt 50 ans, deux Américains marchaient sur la Lune
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.