ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 20 Juin 2019

SANTE - Publié le 26/06/2015 à 15:09


Obésité, le rôle clé de l'intestin grêle




Des chercheurs français ont découvert d'importantes modifications intestinales dans l'obésité, notamment une perturbation de la régulation des sucres et des lipides qui pourrait expliquer les dégâts induits pour la santé.

Grâce à ses replis microscopiques, la surface de l'intestin chez l'homme est équivalente à celle d'un court de tennis! En cas d'obésité sévère, cette surface devient comparable à celle de trois terrains, révèlent des chercheurs français de l'Inserm et du CNRS au Centre de recherche des Cordeliers et à l'Ican (Institut de cardiométabolisme et nutrition de la Pitié-Salpêtrière, Paris) dans la revue internationale Cell Metabolism.

Première conséquence du triplement de la surface d'échange, «l'organisme des personnes obèses reçoit donc un apport accru de nutriments venant de l'intestin au cours des repas», expliquent au Figaro le Pr Édith Brot-Laroche et le Pr Karine Clément, qui ont dirigé ces recherches. Il n'est pas facile d'étudier l'intestin grêle car il se trouve entre l'estomac, en amont, et le gros intestin, en aval. Mais 185 obèses qui devaient bénéficier d'une chirurgie de l'obésité (chirurgie bariatrique) ont accepté de donner aux chercheurs de l'Ican des fragments de leur grêle prélevés lors de l'intervention. Les comparaisons ont ensuite été faites avec 33 sujets de poids normal qui avaient eu des biopsies du grêle pour diverses raisons.

Des molécules qui entretiennent l'inflammation

Les chercheurs français n'ont pas seulement remarqué un triplement de la surface intestinale ils ont aussi noté des changements plus profonds qui lèvent le voile sur l'auto-aggravation de l'obésité. «L'obésité sévère provoque un changement des défenses immunitaires dans l'intestin grêle, expliquent les Pr Clément et Brot-Laroche. Nous avons montré que les cellules de l'immunité (notamment les lymphocytes T, NDLR) sont plus nombreuses dans l'intestin grêle des personnes obèses en comparaison avec celui des personnes de poids normal. L'activation des cellules immunitaires logées à côté des cellules responsables de la capture des nutriments ne détruit pas la muqueuse intestinale mais en modifie le fonctionnement.»

Car les cellules immunitaires vont sécréter des molécules (cytokines) qui entretiennent l'inflammation, comme si la muqueuse était continuellement agressée. Le prix à payer de cette inflammation chronique est lourd sur le plan métabolique puisqu'il se traduit par une résistance à l'insuline, cette hormone dont le rôle est de réguler l'entrée des glucides (sucres) dans les cellules intestinales. «Cela aboutit à l'augmentation des flux de sucres et de lipides vers les autres tissus de l'organisme, ce qui contribue à aggraver l'obésité», expliquent les chercheurs.

Système immunitaire interconnecté avec notre statut métabolique

«C'est une étude très importante, confirme le Pr Daniel Mucida, professeur d'immunologie à l'université Rockefeller de New York. La fréquence augmentée des cellules T dans l'intestin des patients obèses pourrait constituer une composante importante d'un cercle vicieux initiée dans les désordres métaboliques qui conduit à des complications sévères. De plus, cette étude illustre combien notre système immunitaire est interconnecté avec notre statut métabolique, étant dépendant de lui mais aussi l'influençant largement.»

Peut-on envisager d'utiliser un jour des traitements anti-inflammatoires pour réduire les dégâts métaboliques induits par l'obésité? Il y a en effet des études chez la souris qui montrent une amélioration de leur métabolisme avec la prise d'anti-inflammatoires, mais d'une part la souris n'est pas l'homme, et, d'autre part, les anti-inflammatoires peuvent aussi agresser le tube digestif. «Les approches nutritionnelles sont probablement moins agressives et la prise en charge des obésités sévères est globale et multiple, faisant intervenir des expertises médicales et psychologiques diverses, soulignent les chercheurs français, mais il n'est pas exclu que dans le futur des molécules à actions spécifiques sur la barrière intestinale puissent être développées.»

D'ici là, l'équipe de l'Ican est sur une nouvelle piste: «L'étude nous a appris qu'il existe une grande variabilité dans les caractéristiques inflammatoires de l'intestin ; certaines personnes ont peu de changements de leur statut immunitaire, d'autres présentent une inflammation plus importante.» Il faut maintenant comprendre pourquoi.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Réduire sa consommation de viande au quotidien pourrait allonger l'espérance de vie
Passer au moins 2 heures par semaine dans la nature aurait des effets bénéfiques sur notre santé
Les chauves-souris, première cause de cas mortels de rage humaine aux États-Unis
Deux expressos contre une maladie orpheline, c'est fort de café
L'activité physique dès l'âge de 3 ans préserve la santé cardiovasculaire des enfants
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
La narcolepsie boosterait la créativité
Maladie de Lyme: 13 ans de controverses
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.