ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 16 Fevrier 2019

SANTE - Publié le 26/06/2015 à 15:09


Obésité, le rôle clé de l'intestin grêle




Des chercheurs français ont découvert d'importantes modifications intestinales dans l'obésité, notamment une perturbation de la régulation des sucres et des lipides qui pourrait expliquer les dégâts induits pour la santé.

Grâce à ses replis microscopiques, la surface de l'intestin chez l'homme est équivalente à celle d'un court de tennis! En cas d'obésité sévère, cette surface devient comparable à celle de trois terrains, révèlent des chercheurs français de l'Inserm et du CNRS au Centre de recherche des Cordeliers et à l'Ican (Institut de cardiométabolisme et nutrition de la Pitié-Salpêtrière, Paris) dans la revue internationale Cell Metabolism.

Première conséquence du triplement de la surface d'échange, «l'organisme des personnes obèses reçoit donc un apport accru de nutriments venant de l'intestin au cours des repas», expliquent au Figaro le Pr Édith Brot-Laroche et le Pr Karine Clément, qui ont dirigé ces recherches. Il n'est pas facile d'étudier l'intestin grêle car il se trouve entre l'estomac, en amont, et le gros intestin, en aval. Mais 185 obèses qui devaient bénéficier d'une chirurgie de l'obésité (chirurgie bariatrique) ont accepté de donner aux chercheurs de l'Ican des fragments de leur grêle prélevés lors de l'intervention. Les comparaisons ont ensuite été faites avec 33 sujets de poids normal qui avaient eu des biopsies du grêle pour diverses raisons.

Des molécules qui entretiennent l'inflammation

Les chercheurs français n'ont pas seulement remarqué un triplement de la surface intestinale ils ont aussi noté des changements plus profonds qui lèvent le voile sur l'auto-aggravation de l'obésité. «L'obésité sévère provoque un changement des défenses immunitaires dans l'intestin grêle, expliquent les Pr Clément et Brot-Laroche. Nous avons montré que les cellules de l'immunité (notamment les lymphocytes T, NDLR) sont plus nombreuses dans l'intestin grêle des personnes obèses en comparaison avec celui des personnes de poids normal. L'activation des cellules immunitaires logées à côté des cellules responsables de la capture des nutriments ne détruit pas la muqueuse intestinale mais en modifie le fonctionnement.»

Car les cellules immunitaires vont sécréter des molécules (cytokines) qui entretiennent l'inflammation, comme si la muqueuse était continuellement agressée. Le prix à payer de cette inflammation chronique est lourd sur le plan métabolique puisqu'il se traduit par une résistance à l'insuline, cette hormone dont le rôle est de réguler l'entrée des glucides (sucres) dans les cellules intestinales. «Cela aboutit à l'augmentation des flux de sucres et de lipides vers les autres tissus de l'organisme, ce qui contribue à aggraver l'obésité», expliquent les chercheurs.

Système immunitaire interconnecté avec notre statut métabolique

«C'est une étude très importante, confirme le Pr Daniel Mucida, professeur d'immunologie à l'université Rockefeller de New York. La fréquence augmentée des cellules T dans l'intestin des patients obèses pourrait constituer une composante importante d'un cercle vicieux initiée dans les désordres métaboliques qui conduit à des complications sévères. De plus, cette étude illustre combien notre système immunitaire est interconnecté avec notre statut métabolique, étant dépendant de lui mais aussi l'influençant largement.»

Peut-on envisager d'utiliser un jour des traitements anti-inflammatoires pour réduire les dégâts métaboliques induits par l'obésité? Il y a en effet des études chez la souris qui montrent une amélioration de leur métabolisme avec la prise d'anti-inflammatoires, mais d'une part la souris n'est pas l'homme, et, d'autre part, les anti-inflammatoires peuvent aussi agresser le tube digestif. «Les approches nutritionnelles sont probablement moins agressives et la prise en charge des obésités sévères est globale et multiple, faisant intervenir des expertises médicales et psychologiques diverses, soulignent les chercheurs français, mais il n'est pas exclu que dans le futur des molécules à actions spécifiques sur la barrière intestinale puissent être développées.»

D'ici là, l'équipe de l'Ican est sur une nouvelle piste: «L'étude nous a appris qu'il existe une grande variabilité dans les caractéristiques inflammatoires de l'intestin ; certaines personnes ont peu de changements de leur statut immunitaire, d'autres présentent une inflammation plus importante.» Il faut maintenant comprendre pourquoi.

Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
Le fractionné serait encore plus efficace pour maigrir que l'entraînement continu d'intensité modérée
Le pari du détatouage sans douleur
Les internes de médecine générale font trop d'heures à l’hôpital
L'OMS cible le volume audio des smartphones et MP3
Les Français mangent de la viande en moyenne 3,4 fois par semaine
L'épidémie de grippe a déjà fait 1.800 morts cet hiver
Le sport a un impact positif sur la santé des enfants traités pour des cancers
Un adolescent obèse augmenterait son risque futur d'inaptitude au travail
Les Français consomment de moins en moins de vin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.