ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

SCIENCE - Publié le 16/06/2015 à 16:44


La longue absence des dinosaures aux tropiques due à un climat chaud et sec



Un climat très imprévisible le plus souvent chaud et sec explique l'absence aux tropiques des grands dinosaures herbivores pendant plus de 30 millions d'années après leur apparition sur la Terre, ont conclu des scientifiques.

Pendant des années, les paléontologues avaient avancé différentes théories sur le fait de savoir pourquoi ces dinosaures à long cou, les sauropodomorphes, ont aussi longtemps évité les régions tropicales alors qu'ils étaient nombreux à de plus grandes latitudes au nord comme au sud de l'Equateur.

Ces travaux paraissent lundi dans les Comptes rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Les chercheurs ont pu reconstituer le climat de cette époque à partir d'isotopes de carbone et d'oxygène extraits de roches déposées par les rivières au Nouveau-Mexique (sud-ouest des Etats-Unis), à un endroit appelé Ghost Ranch où des fossiles de certains dinosaures ont été découverts.

Ces roches datent d'une période allant de 205 à 215 millions d'années qui correspond à la fin du Triasique.

Les dinosaures ont commencé à faire leur apparition il y a environ 230 millions d'années. Leur disparition brutale il y a 65 millions d'années a été attribuée à différentes théories dont la plus souvent avancée est un changement cataclysmique du climat terrestre après la chute d'une énorme météorite.

Pour cette recherche, les auteurs ont conclu que le climat aux tropiques était très instable, chaud et sec, et ce en raison de niveaux très élevés de dioxyde de carbone (CO2), quatre à six fois plus qu'aujourd'hui.

Selon eux, il y avait des saisons humides durant certaines années, suivies de sécheresses extrêmes, qui provoquaient de grands incendies dégageant des températures dans l'air jusqu'à 600 degrés.

Ces scientifiques ont pu déterminer les températures produites par ces feux en analysant les fossiles de charbon de bois. Des pollens fossilisés ont aussi permis d'identifier les variétés de plantes qui existaient dans cette région. Ils ont pu enfin, avec des fossiles, déduire quelles sortes d'animaux vertébrés se trouvaient dans cet écosystème.

Cet environnement n'était pas propice à une végétation abondante permanente, dont les descendants de l'ère jurassique, comme le brachiosaure, le diplodocus et le brontosaure, avaient besoin pour se nourrir.

"Les conditions climatiques de l'époque étaient similaires à celles, arides, qui règnent aujourd'hui dans le sud-ouest des Etats-Unis, avec toutefois une végétation près des rivières ainsi que de la forêt durant les périodes humides", explique Jessica Whiteside, une paléontologue de l'université de Southampton au Royaume-Uni, un des auteurs de cette recherche.

"Ce climat, avec des fluctuations aussi extrêmes, ainsi que les vastes incendies qui se produisaient périodiquement permettaient seulement aux petits dinosaures bipèdes carnivores de survivre comme le Coelophysis", estime-t-elle.

Quand ces roches se sont déposées sur le lit des cours d'eau à la fin du Triasique, le nord du Nouveau-Mexique était très proche de l'équateur, à la même latitude que la pointe sud de l'Inde aujourd'hui, rappellent ces scientifiques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
Italie: l'Etna se réveille
La fin de Néandertal expliquée par une baisse de la fécondité
Chez des singes d'Afrique, la communication en partie innée
Décès du physicien Murray Gell-Mann, découvreur des quarks
De la bière des pharaons recréée avec une levure de 3.000 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.041 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.