ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 25 Juin 2019

SCIENCE - Publié le 16/06/2015 à 16:37


Une minute de 61 secondes ou les facéties du temps



La dernière minute du mois de juin 2015 durera 61 secondes! Une fantaisie qui s'explique notamment par la rotation irrégulière de la Terre beaucoup moins disciplinée que les horloges atomiques.

Mais la procédure qui consiste à ajouter une seconde supplémentaire pour raccorder les deux échelles de temps, celle de la nature et celle de la technologie, suscite des critiques et ses heures sont peut-être comptées.

Dans tous les pays du monde, dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, en "temps universel coordonné" UTC (souvent appelé GMT de façon obsolète), la minute entre 23H59 et 00H00 se prélassera pendant une seconde de plus que la normale. En France, cette seconde "intercalaire" se glissera entre 01H59 minutes et 2 heures du matin le 1er juillet.

Les particuliers ne verront pas la différence. "Mais s'ils sont très sourcilleux, ils pourront toujours régler leur montre à la seconde près, au besoin en téléphonant à l'horloge parlante", explique à l'AFP Daniel Gambis, directeur du Service de la Rotation de la Terre, chargé de décider au niveau international de l'ajout de ces secondes intercalaires.

En revanche, "les grands systèmes de navigation par satellites, les systèmes de synchronisation des grands réseaux d'ordinateurs devront prendre en compte cette modification sous peine d'encourir des 'bugs'", ajoute M. Gambis dont le service est basé à l'Observatoire de Paris.

Par cette seconde additionnelle, l'Homme entend réconcilier deux échelles de temps, celle du Temps Universel (TU) basé sur la rotation de la Terre et sa position par rapport aux astres et celle du Temps Atomique International (TAI), défini depuis 1971 à partir du parc mondial d'horloges atomiques.

Lorsque le Temps Universel Coordonné (UTC) a été créé en 1972 par un accord international, il a été convenu que l'écart entre les deux ne devait pas dépasser 0,9 seconde. Au delà, une seconde intercalaire doit être insérée dans le temps UTC.

26 secondes depuis 1972

Depuis 1972, 26 secondes (en comptant celle du 30 juin) ont été rajoutées.

La dernière seconde intercalaire remonte à la mi-2012 et l'avant-dernière à 2008.

"En janvier, nous avons averti le monde entier qu'il faudrait ajouter une seconde dans la nuit du 30 juin au 1er juillet", indique Daniel Gambis, dont le service est une branche du Service de la Rotation de la Terre et des systèmes de référence (IERS).

"La Terre tourne de manière fantaisiste alors que les horloges atomiques sont drastiques", ajoute cet astronome.

Sur le très long terme, la planète bleue a tendance à ralentir, en raison de l'attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil, responsable des marées. Elle est aussi sensible à divers aléas liés aux mouvements atmosphériques, aux variations des calottes glaciaires, aux séismes...

Les horloges atomiques actuelles, qui s'appuient sur les propriétés des atomes pour mesurer le temps, sont en revanche d'une exactitude telle qu'elles n'enregistreraient qu'une seconde de dérive tous les 300 millions d'années.

Actuellement, près de 400 horloges atomiques dans le monde - dont 25 en France - permettent au Bureau International des Poids et Mesures (BIPM) basé à Sèvres (région parisienne) de calculer le Temps Universel Coordonné (UTC).

Mais l'exercice de la seconde intercalaire n'est pas du goût de tout le monde et certains pays (Etats-Unis, France...) souhaiteraient le supprimer, le jugeant inutilement compliqué, pour ne plus se fier qu'aux horloges atomiques alors que d'autres (Grande-Bretagne notamment) plaident pour son maintien.

Une réunion organisée dans le cadre de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) aura lieu à ce sujet en novembre 2015 à Genève.

Elle a pour but de discuter au niveau scientifique du maintien ou pas de cette procédure. Si la seconde intercalaire était supprimée, le temps UTC serait alors découplé de la rotation de la Terre.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
Italie: l'Etna se réveille
La fin de Néandertal expliquée par une baisse de la fécondité
Chez des singes d'Afrique, la communication en partie innée
Décès du physicien Murray Gell-Mann, découvreur des quarks
De la bière des pharaons recréée avec une levure de 3.000 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le CBD pourrait devenir une arme puissante contre l'antibiorésistance
Un traitement pour soigner l'hypertension pourrait protéger de la maladie d'Alzheimer
Une nouvelle revue pour les adeptes de la collapsologie
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.