ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 11 Décembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 16/06/2015 à 16:35


Le mystère de l'atmosphère solaire enfin résolu?



Pourquoi fait-il beaucoup plus chaud dans l'atmosphère du Soleil qu'à sa surface? Des chercheurs français pensent avoir percé le mystère qui intrigue les physiciens depuis un siècle: tout viendrait d'une couche superficielle de matière qui jouerait les "casseroles en ébullition".

D'une épaisseur de 1.500 kilomètres sous le Soleil, elle serait responsable de la création d'un champ magnétique à petite échelle qui ferait naître une sorte de "végétation magnétique", assure une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

Cette végétation, aux formes "de troncs d'arbres et de racines", selon la description des chercheurs, fournirait l'énergie permettant le chauffage des couches successives de l'atmosphère solaire.

Cette théorie inédite et hardie est avancée par trois astrophysiciens français qui ont bâti un modèle visant à expliquer l'ensemble du phénomène. "C'est un sujet très +chaud+. Il va y avoir des débats", prédit à l'AFP Tahar Amari, directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et coauteur de l'étude.

Actuellement, la communauté scientifique cherche activement à comprendre "le mystère de la couronne solaire", en s'appuyant notamment sur des images du Soleil recueillies par des satellites.

Au coeur de l'astre, siège de réactions nucléaires, la température est de 15 millions de degrés. Puis elle décroît progressivement et à sa surface, elle n'est plus que de 6.000 degrés.

Mais la température se remet ensuite à monter, suscitant la perplexité des scientifiques. Car normalement, plus on s'éloigne d'une source de chaleur, plus la température devrait baisser. Au niveau de la chromosphère, couche située dans la basse atmosphère, la température grimpe jusqu'à 10.000 degrés environ. Puis elle bondit pour atteindre 1 million de degrés dans la couronne, la partie la plus externe de l'atmosphère solaire.

"Cela veut dire qu'il y a une source d'énergie qui apporte de la chaleur et permet de maintenir la couronne à cette température élevée", souligne M. Amari.

Des observations récentes ont montré l'existence de plusieurs phénomènes tels que des jets de gaz éphémères ou des "tornades", connectant le bas de l'atmosphère et la couronne. "Certains chercheurs ont pu croire avoir trouvé la source unique de chauffage. Mais ces phénomènes ne dégagent pas assez d'énergie pour expliquer la température de la couronne", souligne M. Amari.

Depuis leurs laboratoires de l'Ecole Polytechnique et du CEA (Commissariat à l'énergie atomique), les chercheurs se sont intéressés aux très nombreuses petites taches "poivre et sel" qui parsèment le Soleil, à côté des grandes taches responsables des éruptions solaires.

"Ces taches +poivre et sel+ sont des sections de tout petits champs magnétiques", explique M. Amari.

Le trio a centré ses travaux sur une petite couche allant jusqu'à 1.500 kilomètres sous la surface du Soleil.

"Cette fine couche se comporte comme une casserole contenant du plasma en ébullition chauffé par le bas", déclare M. Amari. Des "granules" apportant de la matière chaude remontent, libèrent leur énergie, puis retombent sur les bords, une fois refroidis.

"Il se crée un phénomène dynamo qui amplifie et maintient le champ magnétique qui émerge de la surface".

D'après les calculs des chercheurs, dans la chromosphère, le chauffage de l'atmosphère proviendrait de micro-éruptions multiples qui libèrent de l'énergie.

Le chauffage de la couronne serait lui assuré par des ondes qui seraient générées à la fois par ces micro-éruptions et par des éruptions plus importantes.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.079 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.