ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Avril 2019

PLANETE - Publié le 07/05/2015 à 13:06


La concentration de CO2 dans l'atmosphère à un plus haut historique en mars



La concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère a atteint un niveau record au mois de mars, un signe évident du réchauffement climatique, selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

En mars, la concentration mondiale moyenne mensuelle de CO2 dans l'atmosphère a ainsi dépassé pour la première fois le seuil des 400 parties par million (ppm).

"Ce n'était qu'une question de temps", a souligné mercredi Pieter Tans, le principal scientifique chargé de la surveillance des gaz à effets de serre à la NOAA. Il a précisé que les stations de mesure de l'agence avaient déjà indiqué des seuils supérieurs aux 400 ppm dans l'Arctique au printemps 2012, et à Hawaï en 2013.

"Atteindre le seuil des 400 ppm en moyenne dans l'ensemble du monde est significatif", a estimé le scientifique.

Le réchauffement climatique, auquel contribuent les gaz à effet de serre, sera au centre de la prochaine conférence sur le climat de l'ONU à la fin de l'année à Paris. Elle doit déboucher sur un accord engageant plus de 190 pays dans la lutte contre le réchauffement accéléré de la planète pour le limiter à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle.

Jusqu'à la révolution industrielle du 19e siècle et le recours massif aux énergies fossiles, le taux de CO2 dans l'atmosphère n'avait pas dépassé les 300 ppm durant au moins 800.000 ans, selon des prélèvements effectués dans les carottes de glace polaire.

"Cela montre que la combustion du charbon et du pétrole a entraîné une augmentation de plus de 120 ppm des concentrations de CO2 depuis l'ère pré-industrielle, dont la moitié depuis 1980", a insisté Pieter Tans.

L'Agence internationale de l'énergie a annoncé le 13 mars que l'augmentation des émissions mondiales de C02 provenant de la combustion des énergies fossiles s'était arrêtée en 2014 pour se stabiliser au même niveau qu'en 2013.

Stabiliser ne suffit pas

Mais stabiliser le taux des émissions des gaz à effet de serre n'est pas suffisant pour empêcher le changement climatique, a souligné M. Tans.

Selon James Butler, un responsable de la NOAA "il faudrait éliminer environ 80% des émissions de CO2 provenant de la combustion des énergies fossiles pour réellement arrêter l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère".

Mais, a expliqué ce scientifique, "les concentrations de dioxyde de carbone ne commenceraient pas à diminuer avant des réductions encore plus drastiques de CO2 et après cela la diminution des concentrations serait encore lente".

Les données de la NOAA montrent en fait que le taux moyen d'augmentation des concentrations de CO2 dans l'atmosphère a été de 2,25 ppm par an de 2012 à 2014, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré trois années consécutives.

Signe que la tendance est toujours à la hausse, l'observatoire hawaïen de la NOAA, à Mauna Loa, a continué à mesurer un taux supérieur aux 400 ppm en avril. Cet observatoire qui date de 1958 et est la plus ancienne station de mesure du monde, a constaté un taux de CO2 de 401,3 ppm, alors qu'en 2013, le cap des 400 ppm n'avait été franchi que durant deux jours.

Les concentrations moyennes mensuelles sont calculées à partir de mesures continues. Il existe environ 130 stations de mesure du CO2 réparties sur la planète.

Ces dernières mesures de la NOAA sont basées sur des prélèvements d'air effectués à 40 de ces stations dans des zones isolées comme des navires marchands en haute mer, sur la côte d'îles lointaines et d'autres endroits reculés dans le monde.

"Sur ces sites isolés nous pouvons obtenir une meilleure moyenne mondiale" de la concentration de CO2 qui résulte des activités humaines mais aussi de processus naturels, a expliqué Ed Dlugokencky, un scientifique de la NOAA.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.047 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.