ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 10 Décembre 2019

- Publié le 14/04/2015 à 16:53


Le noyau de la comète Tchouri n'a pas de champ magnétique



Le noyau de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, qui est observée actuellement par la sonde européenne Rosetta, n'a pas de champ magnétique, ont découvert avec surprise une équipe de scientifiques.

C'est principalement grâce au petit robot Philae qui a été largué par la sonde le 12 novembre sur la comète que les chercheurs ont pu faire ces observations.

Les travaux des scientifiques ont été publiés mardi dans la revue américaine Science et présentés simultanément devant l'Union Européenne des Géosciences (EGU), réunie à Vienne (Autriche).

Ces résultats pourraient balayer une théorie clef sur la formation des comètes et d'autres corps du système solaire, a estimé le chercheur Hans-Ulrich Auster, co-auteur de l'étude.

"Si la comète 67P/Tchourioumov-Guérasimenko, est représentative de tous les noyaux cométaires, nous pensons qu'il est improbable que les forces magnétiques aient joué un rôle dans l'accumulation de corps rocheux de plus d'un mètre qui ont participé à la formation des planètes", a-t-il dit.

Paradoxalement, l'atterrissage mouvementé de Philae a servi la science. Le robot, qui pèse 100 kilos sur la Terre mais est plus léger qu'une plume sur la comète, a rebondi plusieurs fois avant de se stabiliser entre des falaises, dans une zone très peu éclairée.

Ces rebonds ont permis de faire des mesures du champ magnétique à des endroits différents, en utilisant ROMAP, un magnétomètre installé sur le robot. La sonde Rosetta dispose elle aussi d'un magnétomètre.

"Nous sommes la seule équipe probablement à bénéficier de tels sauts. D'habitude, nous pouvons seulement mesurer le champ magnétique en un point. Mais avec tous ces rebonds, nous avons eu l'opportunité (...) de mesurer quatre points", a souligné Hans-Ulrich Auster.

Philae a eu le temps d'envoyer les données recueillies par ROMAP et d'autres instruments avant de s'assoupir sur la comète le 15 novembre.

Après analyse de ces données, "nous concluons que la comète 67P/Tchouriomov-Guérassimenko est un remarquable objet non magnétique", a dit M. Auster.

Pour le moment, faute d'ensoleillement, le robot muni de panneaux solaires n'est pas parvenu à recharger sa batterie.

Mais les scientifiques espèrent que lorsque la comète "Tchouri", qui est accompagnée de Rosetta, s'approchera davantage du Soleil, la batterie de Philae pourra se recharger et qu'il pourra se réveiller.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trois millions de dollars pour les auteurs de la première image d’un trou noir
La chimiothérapie par aérosol, source d'espoir pour les malades du cancer
Les entrailles de la Terre grouillent de vie intraterrestre
Vivre dans un quartier avec beaucoup de végétation permet de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires
Climat: des scientifiques appellent à freiner l'essor démographique
L'humain capable de reconnaître 5000 visages
Vietnam: saisie de huit tonnes d'ivoire et d'écailles de pangolin
Le cadavre d'un rorqual d'une dizaine de mètres échoué à Porquerolles
Le cancer en progression «alarmante» dans le monde
Cryptomonnaies: Google interdit les applications de minage sous Android
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.