ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 2 Avril 2020

SANTE - Publié le 10/04/2015 à 17:07


Une nouvelle technique de greffe de cheveux contre la calvitie



Des chercheurs américains ont découvert une technique de greffe capillaire expérimentée sur des souris permettant de faire repousser jusqu'à six fois plus de cheveux que les méthodes actuellement utilisées, selon une étude publiée jeudi.

En greffant par exemple 200 cheveux selon une trame et avec une densité particulière, ces scientifiques ont pu faire repousser jusqu'à 1200 cheveux, expliquent-ils dans leur étude parue dans la revue scientifique américaine Cell.

«Ces travaux ouvrent la voie à une nouvelle approche potentielle pour traiter la calvitie», juge Cheng-Ming Chuong, un dermatologue de la faculté de médecine Keck de l'Université de Californie du Sud, le principal auteur.

Il explique qu'une blessure affectant un follicule pileux, la cavité dans laquelle pousse le cheveu, affecte son environnement immédiat qui en retour peut aussi avoir des effets sur la régénération capillaire.

À partir de cette observation, les chercheurs ont pensé pouvoir agir sur l'environnement des cheveux pour activer un plus grand nombre de follicules.

Pour vérifier cette hypothèse, le Dr Chen et son équipe ont implanté 200 follicules pileux un par un selon différentes configurations sur le dos d'une souris.

Quand ces cheveux étaient implantés en faible densité dans un rayon dépassant six millimètres les uns des autres, il n'y a eu aucune régénération pileuse.

Mais, implantés en cercle espacés de seulement trois à cinq millimètres, les follicules ont permis de régénérer de 450 à 1300 cheveux, dont certains hors de la zone des implants.

Ces chercheurs ont montré que ce processus de régénération capillaire s'appuyait sur le principe dit de détection du quorum selon lequel un système cellulaire répond à des stimulations qui en affectent d'autres, mais pas tous.

Dans ce cas, il s'agit de la réaction du follicule pileux à l'implantation d'autres follicules.

Des analyses moléculaires ont montré que le fait d'implanter des follicules provoquait comme dans le cas d'une blessure un signal de détresse en libérant des protéines inflammatoires qui mobilisent des cellules immunitaires.

Ces cellules sécrètent à leur tour des molécules qui en atteignant une certaine concentration signalent aux follicules implantés et aux autres qu'il est temps de faire pousser des cheveux.

«Il est possible que ces mêmes processus existent dans la régénérescence d'autres organes», note le Dr Chuong.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Une nécropole romaine exceptionnelle mise au jour à Narbonne
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.