ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 28 Mars 2020

SANTE - Publié le 09/04/2015 à 13:47


Les personnes de petite taille plus sujettes aux maladies cardiovasculaires



Plus une personne adulte est petite, plus elle risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, ont déterminé des chercheurs britanniques dans une recherche génétique étendue publiée mercredi aux Etats-Unis.

Ainsi chaque variation de la taille de 6,5 centimètres affecte le risque de maladie coronaire de 13,5%, précisent les auteurs, dont Nilesh Samani, professeur de cardiologie à l'Université de Leicester qui a dirigé cette étude parue dans la revue médicale New England Journal of Medicine.

A titre d'exemple, une personne mesurant 1,52 mètre a un risque de pathologie cardiovasculaire en moyenne 32% plus élevée que quelqu'un de 1,67 mètre.

"Depuis plus de 60 ans on sait qu'il existe une relation inverse entre la taille et le risque de maladie coronaire", note ce cardiologue.

"Mais on ignorait si d'autres facteurs liés à la croissance, comme la pauvreté ou la nutrition dans l'enfance, jouaient un rôle ou s'il y avait un lien génétique spécifique entre le fait d'être de petite taille et l'accroissement du risque de pathologie coronaire", poursuit le professeur Samani.

L'étude, menée sur plus de 183.000 hommes et femmes de descendance européenne, porte sur l'analyse de 180 variations génétiques liées à la taille et au risque de maladies cardiovasculaires.

"Nous avons maintenant établi un lien direct entre une plus petite taille et un risque cardiovasculaire accru", dans lequel d'autres facteurs comme la nutrition dans l'enfance ou des facteurs environnementaux ne jouent apparemment aucun rôle, explique ce chercheur.

"Si une petite taille est directement liée à un plus grand risque de maladie coronaire on peut en déduire que les variations génétiques responsable de la taille sont également liées à cette pathologie et c'est précisément ce que nous avons constaté", précise-t-il.

Davantage de recherches sur ces variations génétiques pourraient peut-être permettre de réduire le risque de maladies cardiaques et du système circulatoire, juge le professeur Nelson.

"Nous savons déjà que de nombreux facteurs comme le tabac et le diabète accroissent le risque de maladies cardiovasculaires, mais les résultats de notre étude révèlent que les causes de ces pathologies répandues sont en fait très complexes et que d'autres processus que nous comprenons mal ont aussi un impact important", conclut le professeur Samani.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité prématurée dans le monde.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Veaux, vaches, cochons aux gènes édités? Entre grandes promesses et sérieux écueils
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.