ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 28 Mars 2020

SANTE - Publié le 08/04/2015 à 22:50


Un risque plus élevé de mélanome chez les baby boomers




L'essor du tourisme de masse et de la mode du bronzage avant que l'on connaisse les effets des UV sur la peau a conduit toute une génération à se surexposer.

Les personnes âgées de 65 ans et plus ont aujourd'hui 10 fois plus de risques de développer un cancer de la peau que leurs parents au même âge, une évolution à laquelle l'essor du tourisme de masse a largement contribué, estime un organisme de recherche britannique, Cancer Research UK.

Le nombre de cas de mélanomes diagnostiqués chez les retraités britanniques avoisinerait désormais les 5700 par an, contre seulement 600 au milieu des années 1970, affirme l'organisme dans un communiqué.

En France, la tendance est aussi à la hausse: la fréquence du mélanome cutané a été multipliée par quatre environ entre 1980 et 2012. On recensait ainsi 4 mélanomes cutanés pour 100.000 femmes en 1980, contre 11 en 2012 (tous âges confondus). Chez les hommes, la proportion est passée de 2,5 pour 100.000 à 10,8 sur cette même période.

Signe de richesse

«La génération née dans les années 1950 est particulièrement à risque car elle a grandi au moment où le tourisme de masse se développait et que naissait la mode du bikini et de la peau hâlée, résume Emmanuel Ricard, responsable de la prévention à la Ligue contre le cancer. Il était alors de bon ton d'être bronzé car c'était le signe que l'on avait les moyens de partir en vacances». Toute une génération s'est ainsi exposée tant et plus aux UV, sans avoir conscience du danger car l'impact sur la fréquence du cancer de la peau n'a été mis en évidence par les scientifiques que plus tard. «C'est seulement dans les années 2000 que l'on a insisté sur la prévention», estime Andrea Lasserre à l'Institut national du cancer, pointant d'ailleurs un ralentissement de la progression des cancers cutanés entre 2005 et 2012.

La mode du bronzage a également poussé les gens à utiliser les cabines à UV, classées cancérigènes par le Centre international de recherche sur le cancer depuis 2009. Or «le mélanome malin est un cancer de mauvais pronostic s'il n'est pas dépisté tôt, lorsqu'il est encore superficiel», rappelle Emmanuel Ricard.

Prudence et protection restent donc le mot d'ordre, en particulier pour les bébés et les enfants, beaucoup plus vulnérables. L'INPES recommande de recourir à une protection solaire (crème, vêtements couvrants, chapeau) au pic solaire de la journée (quand les ombres sont courtes), dès le mois de mai et jusqu'à la fin août. «Avoir seulement deux coups de soleil chaque année triple le risque de mélanome malin», rappelle Cancer Research UK, précisant que «le simple fait même d'avoir la peau un peu rouge est le signe d'une atteinte [des tissus]». Une journée nationale de dépistage gratuit du cancer de la peau est organisée par le syndicat des dermatologues vénéréologues le 28 mai.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
Il y a plus dangereux que le coronavirus
On sait désormais pourquoi les cheveux peuvent blanchir sous l'effet du stress
Le régime cétogène fonctionne, mais il aurait des effets délétères à long terme
Coronavirus: un touriste chinois, quatrième cas avéré en France
Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Veaux, vaches, cochons aux gènes édités? Entre grandes promesses et sérieux écueils
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.074 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.